LE MOT DE DENIS JEAMBAR

Président du Jury 2020

Année après année, le prix Jules Rimet démontre que la littérature et le sport se conjuguent dans une intimité créatrice rare. Vieille histoire en vérité car depuis fort longtemps de nombreux grands écrivains ont compris que le dépassement qui fait les champions s’apparente à l’écriture d’un roman. Il y faut certes du talent mais aussi de l’effort, de la solitude, de l’enthousiasme et du doute, un dépassement de soi qui ouvre au plus profond de l’être des portes cadenassées. Ernest Hemingway, Haruki Murakami, Jean Echnoz, Norman Mailer, Antoine Blondin et bien d’autres ont écrit des pages inoubliables sur le sport et lui ont donné ses lettres de noblesse littéraire. Depuis 9 ans, le jury du Rimet apporte la preuve que ce mariage nous offre encore et toujours des oeuvres magnifiques.

 

Le lauréat 2020, Briller pour les vivants, de Jérôme Hallier, publié chez Flammarion, s’inscrit dans cette lignée. Il fait partie de ces livres dont le personnage central, jusqu’ici méconnu, vous envahit et vous accompagne bien au-delà de la seule lecture. Cette plongée dans la vie hors normes du baron Nishi, champion d’équitation aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1932, nous emporte dans le torrent de l’Histoire japonaise et mondiale au cours de la première moitié du XXème siècle. Dans les tumultes de cette époque, Nishi a inventé sa vie jour après jour comme s’il avait voulu en faire lui-même un roman éblouissant, passionné, violent et tragique. Indomptable cavalier-guerrier, il finit pistolet au poing sous les assauts de l’armada américaine dans l’apocalypse de l’île d’iIwo Jima en février 1945.

 

Un voyage au bout de l’enfer que Jérôme Hallier chevauche avec la même maestria que son héros olympique sur Uranus, son cheval idéal.

EDITO

Les Ateliers

Il y a un peu plus de cent ans, dans le quartier parisien du Gros Caillou, à un jet de pierre du Champ-de-Mars et de la Tour Eiffel, Jules Rimet créait, avec son frère Modeste, un club de football comme il en fleurissait partout en Angleterre. Les deux frangins l’appelèrent le Red Star Football Club ! 


Plus que le jeu, c’est la dimension éducative du football qui intéressait Jules Rimet. Ce juriste imprégné de catholicisme social avait pensé entrer en politique mais il tourna vite le dos à ce monde qu’il jugeait trop déloyal. Passionné de poésie, il fit ajouter dans les statuts de son club la création d’une section littéraire aux côtés des sections Boxe et Football. 


Jongler avec un ballon mais aussi avec les mots pour s’ouvrir au monde, ce fut, avec le concours d’écrivains engagés, le projet central de celui qui structura ensuite le football français, présida la FIFA, créa la Coupe du monde de Football. 
Aujourd’hui on parlerait d’associer la Tête et les Jambes ; de profiter de l’extraordinaire puissance d’attraction du football pour proposer aux jeunes, loin du carcan de l’école, de nouvelles trajectoires. 


Depuis plusieurs années, fidèles à la mémoire de Jules Rimet, nous avons développé avec l’écrivain Hafid Aggoune des ateliers de lecture et d’écriture destinés aux jeunes des clubs de football. Au Red Star, à l’Olympique lyonnais, à l’Olympique de Marseille. Demain, nous l’espérons, dans d’autres clubs... Vous en trouverez, sur ce site, la restitution. 
Chaque fois, ce qui nous a épatés, c’est l’enthousiasme de ces jeunes pour ce temps éloigné des terrains ; leur sens de l’écrit, du récit, de la mise en mots de leur propre histoire et de leurs plus beaux rêves. A rebours de bien des idées reçues…

 

Renaud Leblond - Président de l'association Jules Rimet, sports et culture.

ACTUALITÉS

Annonce du lauréat Jérôme Hallier

23/11/2020 - Fondation Jean-Luc Lagardère

Interview du lauréat Jérôme Hallier

21/11/2020 - Sud Radio

Association Jules Rimet - Sport et Culture
3 Rue Léon Delhomme, 75015 Paris, France

Contact :

rl.julesrimet@gmail.com

  • Facebook jules rimet
  • Twitter Globe