La Petite Communiste qui ne souriait jamais Lola Lafon Actes Sud Retraçant le parcours d'une fée gymnaste, qui, dans la Roumanie des années 1980 et sous les yeux émerveillés de la planète entière, vint, en son temps, mettre à mal guerres froides, ordinateurs et records, ce roman est le portrait d'une enfant, puis d'une femme, évadée de la pesanteur, sacralisée par la pureté de ses gestes et une existence intégralement dévolue à la recherche de la perfection. En mettant en exergue les dévoiements du communisme tout autant que la falsification, par les Occidentaux, de ce que fut la vie dans le bloc de l'Est, ce récit, lui-même subtilement acrobate, est aussi une passionnante méditation sur l'invention et l'impitoyable évaluation du corps féminin.

« C'est un dialogue fantasmé entre Nadia Comaneci, la jeune gymnaste roumaine de quatorze ans devenue, dès son apparition aux J. O. de 1976, une idole pop sportive à l'Ouest et « plus jeune héroïne communiste » à l'Est, et la narratrice, « Candide occidentale » fascinée, qui entreprend d'écrire son histoire, doutant, à raison, des versions officielles. L'histoire d'une jeune fille face à ses juges, qu'ils soient sportifs, politiques, médiatiques, désirée et manipulée également par les États, qu'ils soient communistes ou libéraux. L'histoire, aussi, de ce monde disparu et si souvent caricaturé : l'Europe de l'Est où j'ai grandi, coupée du monde, aujourd'hui enfouie dans une Histoire close par la chute d'un Mur.
Comment raconter cette « petite communiste » à qui toutes les petites filles de l'Ouest ont rêvé de ressembler et qui reste une des dernières images médiatiques non sexualisée de jeune fille sacralisée par un Occident en manque d'ange laïque ?
La Petite Communiste qui ne souriait jamais est l'histoire de différentes fabrications et réécritures : réécriture, par Ceaușescu, du communisme dans la Roumanie des années 1980, fabrication du corps des gymnastes à l'Est comme à l'Ouest, réécriture occidentale de ce que fut la vie à l'Est, réécriture et fabrication du récit par l'héroïne-sujet, qui contredit souvent la narratrice et, enfin, réécriture du corps féminin par ceux qui ne se lassent jamais de le commenter et de le noter...
C'est cette phrase-là, à la une d'un quotidien français, commentant Nadia Comaneci aux J. O. de Moscou, qui m'a décidée à écrire ce roman : « La petite fille s'est muée en femme, verdict : la magie est tombée. » Ce roman est, peut-être, un hommage à celle-là, qui, d'un coup de pied à la lune, a ravagé le chemin rétréci qu'on réserve aux petites filles, ces petites filles de l'été 1976 qui, grâce à elle, ont rêvé de s'élancer dans le vide, les abdos serrés et la peau nue. »

Écrivain et musicienne, Lola Lafon est l'auteur de trois romans parus aux éditions Flammarion : Une fièvre impossible à négocier (2003 ; "J'ai Lu", 2006) ; De ça je me console (2007 ; "J'ai Lu", 2011) et Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce (2011).
Elle a également signé deux albums chez Harmonia Mundi : Grandir à l'envers de rien (2006) et Une vie de voleuse (2011).