L'Express 11 juin 2014 « On l'ignore souvent, mais c'est un Français, Jules Rimet (1873-1956), qui a créé la Coupe du monde. Longtemps, d'ailleurs, la compétition a porté son nom. Fondateur du Red Star Football Club, ennemi intime du sport amateur et du baron de Coubertin, emprunt de catholicisme social et de poésie, cet homme déterminé organise les cinq premières Coupes du monde, entre 1930 et 1954. C'est le récit étonnant de cette préhistoire du football que son petit-fils Yves - lequel procéda, enfant, au tirage au sort de la Coupe du monde 1938, en France ! - et Renaud Leblond exhument aujourd'hui.
C'était le temps des ballons en cuir cousus, des gardiens de but à casquette et des poteaux carrés. Une certaine improvisation règne encore : en 1930, il faut trois semaines de bateau - sans entraînement, donc...- aux équipes européennes pour rejoindre l'Uruguay ; en 1934, en Italie, Rimet assiste à tous les matchs à côté d'un Duce mutique ; en 1938, l'équipe d'Autriche quitte la France au beau milieu de la compétition, le pays n'existant plus pour cause d'Anschluss ; en 1950, au Brésil, la France déclare forfait, n'acceptant pas de devoir disputer deux matchs à quatre jours d'écart dans des villes situées aux deux extrémités du pays ; et, dès les débuts, marché noir pour un ticket en finale et pétards dans les tribunes accompagnent la compétition...
Evidemment, en 2014, à l'heure où triomphent le foot business et les pétrodollars qataris, l'idéalisme des pères fondateurs, persuadés que le football allait favoriser l'amitié entre les jeunesses du monde, peut prêter à sourire. Mais ces quelques hommes, menés par un charismatique Jules Rimet, ont inventé une machine qui fait rêver la planète entière tous les quatre ans. Quel autre Français pourrait en dire autant ? »

Jérôme Dupuis.